corrigé du DS4 PT* dissertation

Publié le par prepamal2010.over-blog.com

 

I)                     La méchanceté n’existe pas : il est impossible de faire le mal pour le mal

exemples

Arguments dégagés

Shakespeare :

  • Faire le mal pour le mal est le projet d’Hécate et des sorcières IV, 1 « trouble double et malheur et brouille/ Brule le feu, le chaudron bouille », qui rythme comme un refrain la scène du chaudron.
  • En III, 5, Hécate évoque « la gloire de notre art » en parlant de la sorcellerie : cet art consiste essentiellement à semer le chaos dans le monde. Hécate s’y définit comme l’ouvrière de tous les malheurs
  • La méchanceté de nature évoquée, voire invoquée par Lady Macbeth p 83 (I, 5) laisse à penser qu’il existe une forme pure de la méchanceté que convoque LM. (2)
  • L’autonomie du mal : le mal une fois commis acquiert une autonomie et semble se répandre seul : « Choses commencées dans le mal prennent force en soi dans le mal » (1)
  • Le meurtre des Macduff, totalement gratuit et inutile : il s’agit symboliquement de détruire l’innocence (1)
  • Cf. Macbeth dans l’acte V, « gorgé d’horreur » qui semble ne plus rien espérer (2)

ROUSSEAU : PDFVS :

  • Incapacité de l’homme à aimer le mal : la répulsion instinctive que tout homme éprouve à l’égard du méchant (cours n°4) (1)

GIONO Les AF

  • Le caractère diabolique des deux dernières Thérèse (3)

(surtout de la Thérèse machiavélique est cynique qui s’emploie à bafouer toutes les valeurs du bien (amour, pitié, générosité)

  • Les tortures infligées à Firmin et son meurtre qui semblent sans motif (ils n’apportent rien à Thérèse qui domine complètement Firmin avant de le tuer)( 2)

 

L’homme semble capable de commettre des meurtres totalement gratuits

 

 

 

 

Il peut même devenir l’incarnation diabolique du mal

 

 

 

 

Cependant cette méchanceté pure semble plutôt appartenir à des créatures non humaines, semble ne pas appartenir à l’humanité

 

 

Transition :

Ainsi, si les crimes commis par les hommes peuvent laisser à penser qu’ils peuvent être méchant, c'est-à-dire vouloir le mal pour le mal, jusqu’à en devenir la diabolique incarnation, les œuvres du programme semblent plutôt réserver cette volonté à des êtres non humains, agents de puissances maléfiques surnaturelles. Cela s’explique sans doute par le fait que l’homme, lorsqu’il commet le mal a d’autres motivations : on fait toujours le mal pour quelque chose.

 

 

II)                   Le mal commis par l’homme l’est toujours dans le but d’en tirer un bénéfice

Exemples

Arguments dégagés

SHAKESPEARE

  • Ce qui motive le mal commis par Macbeth, c’est l’ambition (p.91 : LM : Etait-il saoul, l’espoir dont vous étiez vêtu ?)(2)
  • C’est la même chose pour Lady Macbeth : « Glamis tu es, et Cawdor. Tu seras ce qui t’est promis » (1)
  • Les meurtres de Banquo et des Macduff sont commis aussi parce que Macbeth en tire bénéfice : en éliminant Banquo, il élimine un rival potentiel. Par le meurtre des Macduff, il se venge de la défection de Macduff, et assoit sa tyrannie par la peur (2)
  • Le personnage de Malcolm, en IV,3 : tous les vices qu’il prétend avoir sont liés à la satisfaction de ses passions (luxure, avarice)

ROUSSEAU PDFVS

  • Le méchant est celui qui privilégie son intérêt, qui est motivé par son amour –propre : il se « concentre au-dedans de lui »(p.85) , il est une « âme cadavéreuse qui est devenue insensible, hors son intérêt à tout ce qui est juste et bon » (ibidem)
  • p.80 : après la mort la méchanceté disparaît puisqu’on a plus besoin de rien : « N’ayant plus besoin de rien, pourquoi seraient-ils méchants ? » (3)
  • le méchant est rongé par ses passions : « «C’est dans vos cœurs insatiables, rongés d’envie, d’avarice et d’ambition, qu’au sein de vos fausses prospérités les passions vengeresses punissent vos forfaits » (ibidem) (1)

GIONO. Les AF

  • La cupidité de Firmin : il veut devenir quelqu’un (cf. les vêtements qu’il achète après avoir reçu le pavillon, les cigares du baptême)(1)
  • Les anecdotes de la première partie du roman : tous sont méchants pour posséder (les querelles d’héritage cf . cours)(1)
  • La méchanceté de la Thérèse machiavélique et cynique, motivée par le désir de souveraineté.(3)
  • Le meurtre de Firmin source de plaisir et de volupté pour Thérèse, manière ultime d’asseoir son pouvoir sur lui
  • Le mal commis comme moyen de sublimer l’existence, de combler un manque d’être : le « manque d’être » de Thérèse est comblé par l’amour de Mme Numance. Une fois celle-ci disparue, apparaît dans le roman une autre Thérèse, la Thérèse noire, la grande criminelle, qui trouve dans la torture de Firmin le moyen de continuer à être

Le mal comme moyen d’obtenir ce qu’on veut, ou le conserver.

 

 

 

 

 

 

 

 

En ce sens, le mal a toujours pour fin la satisfaction d’une passion

 

 

 

 

 

Il est donc un moyen d’exister par la souffrance des autres

 

Transition : Le mal commis l’est donc toujours par quelqu’un qui  a un but : il est le plus souvent le moyen d’assouvir une passion, quelle qu’elle soit. La méchanceté n’existe effectivement pas. Reste à se demander ce que signifie cette capacité de l’homme à faire le mal. Elle est en fait significative de la difficulté d’être homme, au sens fort du terme, c'est-à-dire de ne pas devenir un salaud, au sens sartrien du mot. La méchanceté n’existe pas, mais cela n’empêche pas l’homme d’être confronté au choix de faire ou de ne pas faire le mal.

 

 

III)                  Ainsi le mal est le révélateur de la difficulté d’être homme

exemples

Arguments dégagés

SHAKESPEARE :

  • Faiblesse de l’homme devant la tentation et les passions ( réaction de Macbeth à la prédiction), mais remords et repentir (LM, Macdonwald)(2)
  • Le débat récurrent entre Macbeth et LM sur ce qu’est un homme : I, 7 p 93

M : J’ose tout ce qui peut convenir à un homme

LM : Donc quelle bête vous a fait révéler cette entreprise à moi ?

Quand vous l’avez osé, alors vous étiez homme ;

Etre plus que ce que vous étiez, ce serait

Etre homme d’autant plus » (2)

  • La différence entre Macbeth et Banquo : Banquo, paradigme de l’homme chrétien qui se défie du mal (cf. sa réaction face aux sorcières, et au sujet de la validité de la prédiction) (3)

 (en termes sartriens, il refuse d’être un salaud)

  • L’humanité d’un Malcolm (qui rejette les passions) : (Malcolm)« ce que vrai je suis

Est à toi, appartient au malheureux pays »(IV, 3) : être homme c’est servir les autres plutôt que soi, c’est prendre en compte les autres (2)

  • Macduff : justicier plutôt que vengeur : on retrouve la réflexion sur ce qu’est un homme en IV, 3 :il commence par « ressentir comme un homme » (la souffrance d’avoir perdu sa famille, puis part au combat pour affronter Macbeth. Mais, il envisage aussi que Macbeth lui échappe et souhaite que le ciel lui pardonne néanmoins (à Macbeth) cf. p 243. Macduff comme homme qui combat « le démon de l’Ecosse » (homme vs démon)(3)

ROUSSEAU :

  • La réflexion du vicaire le conduit à « s’ordonner par rapport au tout », alors que le méchant « ordonne le tout par rapport à lui »
  • p.95 : n’être pas content de mon état, c’est ne plus vouloir être un homme ; c’est vouloir autre chose que ce qui est, c’est vouloir le désordre et le mal « (1)
  • L’homme être actif et libre (3ème article de foi) : la liberté guidée par la conscience (1)
  • La conscience guide inné, le meilleur des casuistes : p.83 :« Je n’ai qu’à me consulter sur ce que je veux faire : tout ce qui je sens être bien est bien, tout ce que je sens être mal est mal : le meilleur de tout les casuistes est la conscience.(1)

GIONO Les AF

  • Thérèse « salope » (dixit Firmin) au sens où elle a choisi le mal comme moyen d’exister (3)
  • L’ambigüité du bien : le personnage de Mme Numance (4)

Etre un homme, c’est être confronté au choix du mal ou du bien

 

 

 

 

 

 

Etre un homme, c’est prendre en compte l’autre, la souffrance de l’autre, c'est-à-dire prendre en compte son existence

 

 

 

 

 

 

 

 

Etre un homme c’est avoir une conscience morale

Conclusion : A C.S a donc raison lorsqu’il affirme qu’on ne peut vouloir le mal pour le mal. La méchanceté n’existe pas. Aussi le mal trouve-t-il sa source dans les passions humaines, et en ce sens, il est révélateur de la difficulté d’être homme. L’homme ne peut être le diable, mais pour autant, il a besoin d’avoir une conscience morale, et de la suivre pour être véritablement un homme, c'est-à-dire pour ne pas faire le mal

 

Introduction rédigée

Dans le film de C. Nolan, the Dark Knight, Batman est confronté, en la personne du  Joker, que joue Heath Ledger, à un ennemi qui semble s’appliquer à faire le mal pour le mal, se différenciant ainsi des méchants ordinaires, membres de la pègre locale, qui eux le font pour s’enrichir.  Le personnage du Joker illustre ainsi la possibilité d’un mal gratuit, dont la réalisation ne vise qu’à provoquer le chaos le plus total, figure effrayante à tous points de vue, mais heureusement fictionnelle.

En effet, on rencontre peu, voire pas du tout, ailleurs que dans les romans, les contes ou au cinéma de tels personnages. C’est ce que confirme André Comte- Sponville lorsqu’il affirme que « personne ne fait le mal pour le mal », et en déduit que la méchanceté n’existe pas ». Ainsi, si l’on suit le philosophe, il est impossible à l’homme de se donner le mal pour fin, ce qui serait être méchant, et la méchanceté ne peut exister dans la réalité humaine. Reste évidemment que les hommes font le mal, ce que ne nie évidemment pas Comte-Sponville. Il faudra donc se demander si effectivement la méchanceté, telle qu’elle est définie ici, est impossible pour l’homme, et trouver alors d’autres explications au mal qu’il commet incontestablement.

En parcourant les œuvres du programme, on verra  qu’aucun homme ne semble capable de vouloir le mal pour le mal, mais qu’au contraire, le mal est toujours le moyen d’autres fins proprement humaines. Ainsi la capacité de faire le mal apparaitra dès lors comme l’illustration de la difficulté d’être homme

PLAN DETAILLE

1.       La méchanceté n’existe pas : il est impossible de faire le mal pour le mal

a.       L’homme semble capable de commettre des meurtres totalement gratuits

®      Le meurtre des Macduff, totalement gratuit et inutile : il s’agit symboliquement de détruire l’innocence (1)

®      Les tortures infligées à Firmin et son meurtre qui semblent sans motif (ils n’apportent rien à Thérèse qui domine complètement Firmin avant de le tuer)( 2)

b.       Il peut même devenir l’incarnation diabolique du mal

®      L’autonomie du mal : le mal une fois commis acquiert une autonomie et semble se répandre seul : « Choses commencées dans le mal prennent force en soi dans le mal » (1)

®      Cf. Macbeth dans l’acte V, « gorgé d’horreur » qui semble ne plus rien espérer (2)

®      Le caractère diabolique des deux dernières Thérèse (3)(surtout de la Thérèse machiavélique est cynique qui s’emploie à bafouer toutes les valeurs du bien (amour, pitié, générosité)

c.        Cependant cette méchanceté pure semble plutôt appartenir à des créatures non humaines, semble ne pas appartenir à l’humanité

®      Faire le mal pour le mal est le projet d’Hécate et des sorcières IV, 1 « trouble double et malheur et brouille/ Brule le feu, le chaudron bouille », qui rythme comme un refrain la scène du chaudron.

®      La méchanceté de nature évoquée, voire invoquée par Lady Macbeth p 83 (I, 5) laisse à penser qu’il existe une forme pure de la méchanceté que convoque LM.

®      En III, 5, Hécate évoque « la gloire de notre art » en parlant de la sorcellerie : cet art consiste essentiellement à semer le chaos dans le monde. Hécate s’y définit comme l’ouvrière de tous les malheurs

®      Les méchants de Rousseau.

[Proposition de rédaction de la première partie :

Comme l’affirme Comte Sponville, il semble difficile d’imaginer un homme capable de vouloir le mal pour le mal. On peut bien entendu considérer que certains des actes des hommes s’expliquent par cette seule motivation. En effet, l’homme semble parfaitement capable de commettre des meurtres gratuits et inutiles. C’est le cas de Macbeth dans la pièce de Shakespeare ; lorsqu’après avoir assassiné Duncan, son roi, son parent et son hôte, il s’en prend à l’innocente Lady Macduff et à son fils, le spectateur ne peut que frissonner d’horreur devant l’accomplissement d’un crime qui détruit deux figures de l’innocence absolue. On ne voit pas en effet quel but peut poursuivre Macbeth par ce meurtre, qui ne lui rapporte rien, sinon la satisfaction de sa propre cruauté ; Il en va de même des tortures infligées à Firmin par Thérèse dans Les Âmes fortes de Giono. La décision de mettre Firmin à mort est déjà en elle-même inexplicable, sinon pas la diabolique volonté de faire disparaitre le bonheur que ressent Firmin au village nègre. Mais Thérèse, avant de tuer Firmin, lui inflige une longue torture psychologique et physique, l’affaiblissant par les coups qu’elle lui donne, le méprisant en affichant son adultère avec le muet, et le réduisant à l’impuissance autant par sa vigilance permanente que par l’image qu’elle s’emploie à donner de lui au curé de Clostres auprès duquel elle va régulièrement se confesser, alors qu’elle n’est même pas catholique. Il semble n’y avoir là d’autre fin que faire mal, que faire le mal sans qu’on n’en tire aucun bénéfice.

Il semble également que certains êtres humains deviennent l’incarnation diabolique du mal . En effet, le mal une fois commis semble progressivement devenir autonome, s’emparant complètement du criminel. Macbeth, préparant le meurtre de Banquo le signale lui-même : « Choses commencées dans le mal prennent force en soi par le mal. Le même Macbeth prend d’ailleurs conscience de sa monstruosité à la fin de la pièce lorsqu’il se déclare « gorgé d’horreur », et affirme ne plus ressentir aucun sentiment humain, ni nourrir aucun espoir. Si cette monstruosité fait souffrir Macbeth, il n’en va pas de même pour la Thérèse de la fin des Âmes Fortes, qui devient, de manière parfaitement volontaire une sorte de démon. En effet, dans son avant dernier récit, Thérèse raconte comment elle s’est formée au mal en apprenant à simuler tous les sentiments humains, et apprenant à « haïr » sans qu’on puisse le deviner sur son visage. Elle s’emploie à se purger de toute bonté, allant même jusqu’à faire régulièrement une bonne action, parce qu’elle se sent « plus nette » après. Son propos ici demble être de démontrer l’inexistence du bien, son illusion, et de provoquer ainsi le plus grand chaos possible.

Cependant force est de constater que les Thérèse sont assez rares –il n’est d’ailleurs pas certain que Thérèse soit aussi diaboliques qu’elle le paraît- et que la plupart du temps cette volonté de faire le mal pour le mal, sans aucune autre raison est réservée à des personnages non humains. Dans Macbeth, seules les sorcières et Hécate incarnent cette volonté. La cuisine diabolique des sorcières dans la scène i de l’acte IV est d’ailleurs rythmée par la formule « « trouble double et malheur et brouille/ Brule le feu, le chaudron bouille », qui semble signifier leur volonté de répandre le désordre dans le monde des hommes. Mais lorsqu’Hécate apparaît, c’est d’ailleurs pour reprocher aux sorcières d’avoir mal choisi le personnage qu’elles utilisent pour semer le chaos : Macbeth ne ferait le mal que pour son propre compte, alors que la « gloire de (leur) art consiste à répandre le mal pour le mal dans le monde. Et quand un être humain veut devenir réellement méchant, il est obligé de convoquer la méchanceté de nature, et de se dépouiller de son humanité, comme le fait Lady Macbeth en demandant à être désexuée. Chez Rousseau même, le méchant, dont on signale la rareté,  est une « âme cadavéreuse » qui ne » vit plus », et est « déjà  mort », forme de monstruosité, là aussi

Ainsi, si les crimes commis par les hommes peuvent laisser à penser qu’ils peuvent être méchant, c'est-à-dire vouloir le mal pour le mal, jusqu’à en devenir la diabolique incarnation, les œuvres du programme semblent plutôt réserver cette volonté à des êtres non humains, agents de puissances maléfiques surnaturelles. Cela s’explique sans doute par le fait que l’homme, lorsqu’il commet le mal a d’autres motivations : on fait toujours le mal pour quelque chose.]

2.       Le mal commis par l’homme l’est toujours dans le but d’en tirer un bénéfice

a.       Le mal comme moyen d’obtenir ce qu’on veut, ou de le conserver.

®      C’est la même chose pour Lady Macbeth : « Glamis tu es, et Cawdor. Tu seras ce qui t’est promis » (1) Les anecdotes de la première partie du roman : tous sont méchants pour posséder (les querelles d’héritage cf . cours)(1) La cupidité de Firmin : il veut devenir quelqu’un (cf. les vêtements qu’il achète après avoir reçu le pavillon, les cigares du baptême)(1)

®      Les meurtres de Banquo et des Macduff sont commis aussi parce que Macbeth en tire bénéfice : en éliminant Banquo, il élimine un rival potentiel. Par le meurtre des Macduff, il se venge de la défection de Macduff, et assoit sa tyrannie par la peur (2)

®      Le méchant est celui qui privilégie son intérêt, qui est motivé par son amour –propre : il se « concentre au-dedans de lui »(p.85) , il est une « âme cadavéreuse qui est devenue insensible, hors son intérêt à tout ce qui est juste et bon » (ibidem)

®      p.80 : après la mort la méchanceté disparaît puisqu’on a plus besoin de rien : « N’ayant plus besoin de rien, pourquoi seraient-ils méchants ? » (3)

b.       En ce sens, le mal a toujours pour fin la satisfaction d’une passion

®      le méchant est rongé par ses passions : « «C’est dans vos cœurs insatiables, rongés d’envie, d’avarice et d’ambition, qu’au sein de vos fausses prospérités les passions vengeresses punissent vos forfaits » (ibidem) (1)

®      Ce qui motive le mal commis par Macbeth, c’est l’ambition (p.91 : LM : Etait-il saoul, l’espoir dont vous étiez vêtu ?)

®      Le personnage de Malcolm, en IV,3 : tous les vices qu’il prétend avoir sont liés à la satisfaction de ses passions (luxure, avarice)

®      La méchanceté de la Thérèse machiavélique et cynique, motivée par le désir de souveraineté.

c.        Il est donc un moyen d’exister par la souffrance des autres

®      Le meurtre de Firmin source de plaisir et de volupté pour Thérèse, manière ultime d’asseoir son pouvoir sur lui

®      Le mal commis comme moyen de sublimer l’existence, de combler un manque d’être : le « manque d’être » de Thérèse est comblé par l’amour de Mme Numance. Une fois celle-ci disparue, apparaît dans le roman une autre Thérèse, la Thérèse noire, la grande criminelle, qui trouve dans la torture de Firmin le moyen de continuer à être.

Transition : Le mal commis l’est donc toujours par quelqu’un qui  a un but : il est le plus souvent le moyen d’assouvir une passion, quelle qu’elle soit. La méchanceté n’existe effectivement pas. Reste à se demander ce que signifie cette capacité de l’homme à faire le mal. Elle est en fait significative de la difficulté d’être homme, au sens fort du terme, c'est-à-dire de ne pas devenir un salaud, au sens sartrien du mot. La méchanceté n’existe pas, mais cela n’empêche pas l’homme d’être confronté au choix de faire ou de ne pas faire le mal.

3.       Ainsi le mal est le révélateur de la difficulté d’être homme

a.       Etre un homme, c’est être confronté au choix du mal ou du bien

®      L’homme être actif et libre (3ème article de foi) : la liberté guidée par la conscience (1)

®      Faiblesse de l’homme devant la tentation et les passions ( réaction de Macbeth à la prédiction),

®      Le débat récurrent entre Macbeth et LM sur ce qu’est un homme : I, 7 p 93

M : J’ose tout ce qui peut convenir à un homme

LM : Donc quelle bête vous a fait révéler cette entreprise à moi ?

Quand vous l’avez osé, alors vous étiez homme ;

Etre plus que ce que vous étiez, ce serait

Etre homme d’autant plus » (2)

®      La différence entre Macbeth et Banquo : Banquo, paradigme de l’homme chrétien qui se défie du mal (cf. sa réaction face aux sorcières, et au sujet de la validité de la prédiction) (3)

®      (en termes sartriens, il refuse d’être un salaud)

b.       Etre un homme, c’est prendre en compte l’autre, la souffrance de l’autre, c'est-à-dire prendre en compte son existence 

®      L’humanité d’un Malcolm (qui rejette les passions) : (Malcolm)« ce que vrai je suis

®      Est à toi, appartient au malheureux pays »(IV, 3) : être homme c’est servir les autres plutôt que soi, c’est prendre en compte les autres (2)

®      Macduff : justicier plutôt que vengeur : on retrouve la réflexion sur ce qu’est un homme en IV, 3 :il commence par « ressentir comme un homme » (la souffrance d’avoir perdu sa famille, puis part au combat pour affronter Macbeth. Mais, il envisage aussi que Macbeth lui échappe et souhaite que le ciel lui pardonne néanmoins (à Macbeth) cf. p 243. Macduff comme homme qui combat « le démon de l’Ecosse » (homme vs démon)(3)

®      La réflexion du vicaire le conduit à « s’ordonner par rapport au tout », alors que le méchant « ordonne le tout par rapport à lui »

®      p.95 : n’être pas content de mon état, c’est ne plus vouloir être un homme ; c’est vouloir autre chose que ce qui est, c’est vouloir le désordre et le mal « (1)

c.        Etre un homme c’est avoir une conscience morale 

®      mais remords et repentir (LM, Macdonwald)(2)

®      La conscience guide inné, le meilleur des casuistes : p.83 :« Je n’ai qu’à me consulter sur ce que je veux faire : tout ce qui je sens être bien est bien, tout ce que je sens être mal est mal : le meilleur de tout les casuistes est la conscience.(1)

®      Thérèse « salope » (dixit Firmin) au sens où elle a choisi le mal comme moyen d’exister (3)

®      L’ambigüité du bien : le personnage de Mme Numance (4)

 

Conclusion :

 La méchanceté n’existe donc pas, comme l’affirme A. Comte-Sponville : aucun homme ne veut le mal pour le mal. Cependant, le mal commis par les hommes est révélateur de leur faiblesse face aux passions et de leur incapacité à les dominer : il n’est pas facile d’être homme, d’affronter sa propre faiblesse, sa propre avidité, d’accepter et de prendre en compte les autres hommes. Cela demande du courage et une conscience morale, comme le souligne le philosophe. C’est sans doute ce qu’illustre également le personnage de Batman, toujours ambigu, souvent hésitant sur les limites des moyens à utiliser pour combattre les « méchants »

 

Publié dans DS PT* Baggio

Commenter cet article